Les chats sauvages et l’effet du vide